Logo SilkHhom

12 conseils pour demander sereinement une augmentation de salaire

Posté le 21 Mai 2019 dans Recrutement par

Demander une augmentation de salaire à son responsable n’est pas toujours chose facile. Cet exercice généralement délicat pour de nombreuses personnes semble aussi très périlleux et même parfois stressant dans la façon où cette demande doit être formulée, c’est à dire en respectant un certain nombre d’éléments propre à l’entreprise. Avoir de bons arguments, connaître la politique salariale de son entreprise, choisir le bon moment ou encore s’adresser à la bonne personne, sont d’autant de points décisifs dans une formulation adéquate de demande d’augmentation salariale. Rien ne vaut donc une bonne préparation pour ne rien laisser au hasard, et maximiser vos chances d’évoluer à la hausse. Il ne faut pas oublier que demander une augmentation permettra également de connaître votre valeur au sein de l’entreprise.

1) Choisir le bon timing pour demander une augmentation de salaire

Premier élément décisif, puisqu’il s’agit ici de bien choisir le moment où vous allez formuler votre demande. Il est vivement déconseillé de demander une augmentation de salaire si vous avez rejoint la société au bout de quelques mois seulement. Généralement, l’augmentation de salaire se fait une fois par an, et il convient d’attendre en moyenne au moins un an, le temps d’avoir fait ses preuves au sein de la société.

Ce point est particulièrement crucial pour votre demande, puisque ce n’est jamais à un moment de rush, ou entre deux portes que l’on échange à ce sujet avec son responsable. Il faut plutôt prendre le temps d’établir une réunion formelle avec ce dernier, et s’asseoir tranquillement autour d’une table. Le meilleur moment pour demander une augmentation reste l’entretien annuel. Cela permet en effet d’étudier ce qui a été fait durant l’année dernière, mais également de faire un point sur les objectifs qui vous ont été fixés. On peut alors demander chaque année une augmentation de salaire. L’entreprise prouvera alors qu’elle a envie d’investir en vous, qu’elle croit en vous.

2) Trouver les bons arguments : sortez vos plus beaux chiffres

Une chose importante à prendre en considération : il faut toujours préparer son entretien annuel. Qu’est ce que cela implique ? Tout simplement d’avoir à l’appui des chiffres bien précis. Il faut parler d’une performance commerciale et même idéalement d’une surperformance commerciale (dans le cas d’une société commerciale). L’idée est ici que votre responsable comprenne la nature de votre demande. Il s’agit de lui expliquer précisément pourquoi le projet a réussi grâce à vous, et de lui montrer quelle a été la valeur ajoutée de votre intervention dans le projet. Si vos objectifs annuels ont été dépassés, il s’agit alors de bien les mettre en avant et de quantifier le surplus commercial.

3) Mettre en avant les autres arguments (non chiffrés)

Au-delà de la santé financière, qu’est-ce qui est primordiale aujourd’hui pour les entreprises ? Réponse : la cohésion des collaborateurs. Une entreprise soudée a de grandes chances d’être une entreprise durable et stable. Vous avez donc relevé tous vos arguments de performance lié à vos savoir-faire. Il s’agit maintenant d’appuyer votre demande d’augmentation salariale par votre savoir-être. Si vous êtes moteur au sein de votre groupe de travail, si vous avez une très belle équipe avec une ambiance de travail qui fait la différence, et si vous insistez clairement sur votre souhait de rester longtemps dans la société, alors votre demande aura beaucoup plus d’impacts aux yeux de votre responsable.

 

4) Gardez à l’esprit le pourcentage d’augmentation possible

Évidemment, il s’agit ici de bien connaître le champ des possibles en matière d’augmentation salariale. Chaque cas est bien différent d’un employé à un autre, mais généralement on peut prétendre à une augmentation de l’ordre de 4 à 6% sur un même poste. Si durant l’année écoulée, vous avez acquis des responsabilités supplémentaires au sein de la société, alors vous pouvez prétendre à une augmentation de 8 à 10%. Cependant, on ne saurait trop vous conseiller de lire le point n°5 pour affiner ce pourcentage d’augmentation selon votre cas précis.

 

5) Comparez votre salaire au marché

Élément indispensable si vous souhaitez avoir une vision générale du marché sur votre poste. Les études ou guides salariaux, et divers baromètres des salaires affluent sur le Net, et peuvent apporter des informations complémentaires sur votre situation au sein de l’entreprise. Silkhom réalise chaque année un baromètre des salaires IT, à partir des données salariales accumulées pendant l’année. Notez bien que cependant, si vous êtes déjà payé 20% de plus que le marché, vous ne pourrez pas prétendre à une grande augmentation, car la société vous rémunère déjà confortablement par rapport à vos concurrents sur le marché. Une fois le marché sondé, vous pouvez avoir les arguments pour demander votre augmentation. Si vous êtes moins bien payé par rapport au marché, vous pouvez alors ajuster votre augmentation en ce sens.

 

6) Ne jamais se comparer aux collègues

C’est sans doute l’erreur la plus courante lors des négociations salariales. Il ne faut jamais au grand jamais se comparer aux autres collaborateurs. Il convient de toujours considérer que le salaire vous appartient, et que c’est le travail que vous effectuez au quotidien qui détermine si vous méritez ou non une augmentation de salaire. Quoi qu’il arrive, se comparer aux collègues serait très certainement mal perçu par votre responsable, où en tout cas, n’importera rien de bon dans sa décision finale. Privilégiez donc les études et baromètres des salaires pour avoir une vision de la concurrence sur le marché.

 

7) Se renseigner sur la santé financière de l’entreprise

Très important également, le fait de se renseigner sur la santé financière de l’entreprise n’est pas anodin. Cela peut passer par des communications internes, des bilans annuels ou autres documents financiers rendus publics par la société. Si l’entreprise est dans une mauvaise situation financière, ou simplement dans une mauvaise passe générale, cela peut donner des raisons à votre responsable de ne pas vous augmenter. Cela renvoie au premier point mentionné dans cet article : choisissez le bon timing pour demander votre augmentation de salaire.

 

8) Vous avez une compétence rare au sein de l’entreprise : argumentez en ce sens !

La loi de l’offre et de la demande est parfois “cruelle”. Mais dans certains cas, vous pouvez tirer votre épingle du jeu. Si vous avez une compétence rare, ou si votre domaine comporte plus d’offres que de demandes, alors vous pouvez mettre cet argument en avant lors de votre demande d’augmentation salariale. Si l’on prend l’exemple du domaine de la cybersécurité, où les candidats manquent terriblement par rapport à la grande quantité d’offres d’emploi qui affluent partout dans le monde : alors vous disposez d’un élément de poids lors de votre négociation avec votre responsable. Votre compétence est très recherchée, voire même quasi absente du marché, elle mérite donc peut-être une rémunération supplémentaire signficiative. Si à l’inverse, vous évoluez dans des secteurs dits “saturés” tels que le journalisme, la communication, le marketing, alors il sera peut-être plus dur de mettre en avant un tel argument.

 

9) Votre vie privée n’intéressera pas votre responsable dans sa décision finale

Et c’est même une erreur courante lors d’une négociation salariale : ne jamais utiliser des arguments de persuasion avec votre responsable. Il s’agit de convaincre votre responsable de vous donner une augmentation sans utiliser des arguments affectifs s’appuyant sur des émotions telles que la pitié, ou la compassion. Vous comprenez alors que les arguments “J’ai besoin de plus d’argent”, “mon chien est malade” ou encore “je ne peux plus payer mon prêt” ne sont pas recevables aux yeux de votre responsable. Ce n’est pas à votre employeur, ou dans son intérêt personnel de vraiment se soucier de cela. Ça ne l’incitera pas vraiment à vous accorder votre augmentation. Restez donc concret et proportionné dans vos arguments.

 

10) Ne jamais se braquer en cas de refus

Règle n°10 : il ne faut jamais se braquer en cas de refus.

Il ne faut jamais menacer son responsable de quitter la société si ce dernier n’a pas accepté votre augmentation de salaire. Pourquoi ? Tout simplement, car maintenant votre employeur sait que vous êtes à l’écoute du marché, il sait que vous allez partir sous peu. De ce fait, il ne va plus vous confier les projets à venir, qui peuvent être intéressants pour vous. Au moment où peut-être il y aura des bonus et des primes exceptionnelles, il ne pensera tout simplement pas à vous, car il sait que vous souhaitez partir car vous êtes uniquement motivé par le salaire. Triste scénario que nous vous recommandons d’éviter à tout prix.

 

11) Ne jamais lâcher la négociation

Attention, il ne s’agit pas ici de faire pression à son responsable jusqu’à ce qu’il accepte, non. Il convient plutôt en cas de refus de trouver un compromis. Il existe d’autres avantages que vous pouvez demander afin de compenser ce refus. Cela peut être un bonus exceptionnel débloqué sur un autre budget. Ou bien cela peut être encore des avantages en nature (aménagement du temps de travail, ouverture au télétravail, voiture de fonction, formation pour acquérir d’autres compétences, etc.). Il s’agit en fait d’obtenir quelque chose qui fait que votre augmentation n’est que repoussée dans le temps. Ce qui intelligent de faire, c’est de demander à son responsable une date limite durant laquelle on pourra reparler d’une augmentation de salaire et de bien noter cette date dans vos deux agendas respectifs.

 

12) Gardez une motivation sans faille

En cas de refus de votre augmentation, il faut toujours rester motivé car la raison peut être différente de ce que vous pensez. En effet, dans de nombreux cas, la raison est conjoncturelle et absolument pas liée à votre travail. Il ne faut donc jamais se rabattre sur soi-même et baisser les bras. Une attitude postive mêlée à une motivation constante finira par payer. Ne lâchez rien.

 


Les cas diffèrent d’une négociation salariale à une autre, mais les bonnes attitudes à adopter pour obtenir une augmentation semblent converger vers une même idée : se renseigner, multiplier les arguments fondés, et ne jamais se braquer. Les différentes études salariales vous aideront à discerner les possibilités d’augmentation, mais quoiqu’il arrive et en cas de refus, pensez à rester ouvert au dialogue en proposant d’autres avantages. Si votre rémunération est nettement inférieure à celle de la concurrence sur le marché, que l’ambiance de travail n’est pas la meilleure que vous ayez connue, alors il est peut-être temps de changer d’entreprise. Pourquoi ne pas consulter nos offres d’emploi IT sur toute la France ? Vous y trouverez peut-être votre bonheur.




Laissez un commentaire



Mais aussi...