Logo SilkHhom

Industrie 4.0 : 3 technologies à découvrir en 2019

Posté le 4 Avr 2019 dans Technologie par

L’industrie est en perpétuelle évolution et enchaîne les révolutions depuis le XVIIIe siècle. Après l’invention de la machine à vapeur, l’arrivée de l’électricité puis l’industrialisation par l’électronique, l’informatique et les télécommunications, nous voici à l’aube de la quatrième révolution industrielle : celle de l’industrie 4.0. Elle nous promet une véritable communication entre les machines, une entraide permanente entre les hommes et les outils, de la réalité augmentée, de l’impression 3D ou encore la généralisation de l’intelligence artificielle. Cette arrivée de l’industrie 4.0, ou industrie du futur, cherche à séduire les consommateurs avec une personnalisation toujours plus poussée et abaisser les volumes de production tout en maintenant les gains actuels. De grands défis attendent cette métamorphose industrielle et nous allons découvrir quelques technologies prometteuses dans ces lignes ! Vous en voulez plus ? C’est par ici !

Les révolutions successives du XVIIIe à aujourd’hui

1 – L’homme augmenté

Le milieu industriel pousse de plus en plus l’homme à collaborer avec la machine. Cette étroite collaboration homme-machine est appelée : la Cobotique. Si la machine tend parfois à remplacer la main d’œuvre humaine, certaines applications ne peuvent survivre sans la poussée humaine. C’est ici qu’intervient l’idée d’un homme augmenté. Renforcer les capacités physiques naturelles de l’homme pour le soulager, lui simplifier certaines tâches ou encore lui éviter des désagréments physiques.
Ainsi sont nés des harnais spécialisés, forme d’exosquelette, dans l’activité des manutentionnaires pour les aider à soulever de lourdes charges, à porter des colis ou à déplacer des cartons au sein de l’entrepôt. Dans un secteur où le taux d’accidents du travail est plus élevé, ce type de dispositif permet de les prévenir, voire de les annihiler. La machine obtient un rôle de soutien physique et accompagne l’homme là où le corps est parfois en difficulté. C’est une nette amélioration des conditions de travail et cela permet à l’homme et la machine de collaborer.

D’autres moyens existent pour « augmenter » l’homme en, par exemple, l’affublant de lunettes de réalité augmentée. Guidé par une interface virtuelle, cela peut lui permettre de distinguer plus facilement les pannes d’une machine en lui indiquant les pièces défectueuses (qui communiquent entre elles) ou bien de lui montrer directement où déposer tel ou tel objet afin de prévenir des allés et retours parfois nombreux. Ainsi, le travailleur économise des trajets et intensifie sa productivité. D’autres marques se sont penchées sur l’industrie et le bien-être physique au travail. C’est le cas de Noonee qui a inventé la « chaise sans chaise » où, à l’aide d’un dispositif harnaché, la personne est aussi bien capable de se déplacer que de s’asseoir. L’idée est aussi bluffante qu’encourageante pour l’ensemble des métiers de l’industrie.

Un exosquelette permettant autant de se déplacer que de s’asseoir

2 – Le jumeau numérique

L’industrialisation rime aujourd’hui avec communication. Sous toutes formes d’ondes, les machines sont capables de communiquer entre elles, de se transmettre des informations et de réagir en conséquence. En plus de communiquer, elles peuvent agir à des stimulus extérieurs et s’y adapter. Par exemple, des bras robotiques ont été spécialement conçus pour détecter l’arrivée d’un être humain dans son champ d’action. Lorsque celui-ci arrive trop près de la machine, celle-ci s’arrête automatiquement, prévenant toute forme de blessure. Sous forme de signaux, les machines agissent, réagissent et s’adaptent. Ainsi, une machine est capable de prévoir sa propre panne, de prévenir ses jumelles et celles-ci peuvent alors s’adapter et se préparer à intensifier leur propre activité pour pallier à la panne de leur pair. Cette idée peut aller bien plus loin avec l’invention du jumeau numérique.

Comme son nom l’indique, c’est un vrai double virtuel qui agit comme la vraie copie est censée agir. En perpétuelle communication, les deux jumeaux s’entraident pour prévenir les failles, arranger les pannes et réagir efficacement en cas de problème grave. Le jumeau numérique vit comme le vrai, mais enchaîne différents scénarios pour prévoir tout ce qu’il pourrait arriver. Imaginez une Formule 1 en pleine course, là, le jumeau communiquer en temps réel avec la vraie voiture, l’ensemble des données sont systématiquement transmises en temps réel. Le jumeau peut alors prévoir tout type de scénarios afin que les techniciens soient capables de réagir à n’importe quel problème technique qui pourrait survenir.

Néanmoins, cette technologie n’est pas utilisée uniquement en situation d’urgence ou de catastrophe. Les agglomérations connectées, ou « Smart Cities », utilisent de plus en plus les jumeaux numériques. Ils permettent de prévisualiser, d’anticiper certaines évolutions d’une ville et d’aider à avoir une vision d’ensemble de la citée. Grâce à la création de multiples éventualités, il est plus facile d’orienter ses choix et de définir les objectifs de la ville connectée souhaitée.

Le jumeau numérique, le double invisible

3 – L’impression 3D

S’il y a bien un point que nous sommes en capacité de parfaitement appréhender, c’est la notion d’impression 3D. Car en plus de continuer son chemin dans l’industrie, l’impression 3D est accessible à tous, vous comme moi, grâce à des imprimantes 3D et les logiciels qui fonctionnent avec. Au niveau industriel, c’est un tout petit peu plus… ambitieux.

On dit au revoir aux imprimantes qui creusent la matière et bonjour aux imprimantes additives, qui ajoutent de la matière. Celles-ci sont plus économes car les chutes sont moindres et, donc, les coûts de production baissent également. Ce n’est pas l’unique avantage de ces imprimantes à échelle industrielle. En effet, l’industrie 4.0 se démarque par l’arrivée de la personnalisation. Quoi de mieux pour personnaliser un objet que de le voir fabriquer devant soi avec une machine adaptée et une création originale commandée par nos soins ? L’imprimante additive nous promet tout cela grâce à ses nouvelles performances : elle est en effet de plus en plus rapide et capable de produire des objets complexes en des temps records.
De plus, les logiciels open source et les modèles 3D utilisés également open source permettent à la collectivité de s’approprier ces nouvelles formes de fabrication. Une industrialisation inclusive où chacun pourrait s’inspirer des créations libres pour créer, à son tour, de nouvelles choses. Difficile, pour le moment, de juger si l’impression 3D se dirige réellement dans cette voie. Cela laisse néanmoins de grands espoirs pour glisser vers une industrie plus transparente.

Imprimante 3D à grande échelle

 

L’industrie 4.0 promet encore plus de nouveautés et de nouvelles façons d’appréhender cet univers. Notamment autour des drones, des textiles connectés, de la conduite autonome ou encore des robots. Si vous êtes Lyonnais, le Salon des technologies et des équipements de production se tient du 5 au 8 mars 2019 à Eurexpo ! De quoi mieux percevoir les nouveautés arrivant dans le monde industriel.

 




Laissez un commentaire



Mais aussi...