Logo SilkHhom

IA : Plus de la moitié des tâches professionnelles seront effectuées par des machines d’ici 2025, contre 29% aujourd’hui

Posté le 16 Oct 2018 dans Technologie par

Le site World Economic Forum a récemment publié une étude intitulée « l’avenir des emplois » dans laquelle il s’intéresse au changement technologique et aux rôles des technologies émergentes sur les mutations du travail. Selon eux, l’intelligence artificielle (IA) et l’automatisation seraient les principaux facteurs de changements identifiés. Le rapport cherche ainsi à éclairer davantage le rôle des nouvelles technologies sur le marché du travail, mais aussi à clarifier le débat sur la manière dont l’IA pourrait à la fois créer et limiter les opportunités économiques. Pour réaliser cette étude, World Economic Forum s’est appuyé sur la plateforme LinkedIn et sur ses 575 millions de membres dans le monde, afin de fournir un point de vue unique sur l’IA et sur les développements mondiaux du marché du travail.

Deux tendances concomitantes

L’analyse a pu mettre en évidence, d’une part, la croissance continue des emplois et des compétences technologiques et, parallèlement, une croissance des emplois et des compétences « centrés sur l’homme », autrement dit de ce qui dépend de qualités intrinsèquement humaines.

On retrouve alors une première catégorie d’emplois techniques tels que les ingénieurs logiciels, les spécialistes en marketing, les analystes de données, qui sont en hausse dans la plupart des industries et dans toutes les régions. On retrouve également de la même manière, des compétences techniques en hausse sur des métiers liés au cloud, au développement d’applications mobiles, aux tests de logiciels et à l’IA. 133 millions de nouveaux emplois pourraient être créés d’ici l’année 2022 : la majorité étant liée avec les métiers du numérique et de l’intelligence artificielle.

Face à cette forte hausse, un certain nombre d’emplois hautement automatisables font partie des 10 professions les plus en déclin, c’est-à-dire, les emplois qui ont connu la plus forte diminution de la part des recrutements au cours des cinq dernières années. Ils s’élèvent à près de 75 millions d’emplois et auraient de ce fait la plus forte chance de disparaitre dans l’avenir. On retrouve ici les assistants administratifs, le secrétariat, les comptables, et les techniciens en électricité et mécanique, dont beaucoup dépendent de tâches plus répétitives.

Les compétences en IA ont la plus forte croissance, toutes compétences confondues

C’est la première grande tendance dévoilée par cette étude. Les compétences en intelligence artificielle comptent parmi les compétences à la croissance la plus rapide sur LinkedIn. Elles ont connu une augmentation de 190% entre 2015 et 2017.

Mais qu’est-ce que l’on appelle exactement « compétences en IA » ?

Le rapport précise que compétences en IA fait référence aux compétences nécessaires pour créer des technologies d’intelligence artificielle, qui incluent plusieurs domaines différents tels que les réseaux de neurones (neural networks), le deep-learning, le machine learning, ainsi que des outils tels que Weka et Scikit-Learn. Les données de LinkedIn montrent que tous les types de compétences en intelligence artificielle se développement rapidement dans le monde entier.

Les industries avec le plus de compétences en IA progressent plus vite

La deuxième tendance observée peut s’avérer logique, mais reste importante. On constate une croissance des compétences en IA dans tous les secteurs comme vous pouvez le constater sur le visuel ci-dessus. Cependant, les données collectées dans ce rapport indiquent également que les industries ayant davantage de compétences en IA au sein de leurs effectifs sont également celles dont la croissance est la plus rapide. Par cette analyse, cela indique que la présence de compétences en IA est étroitement liée à l’innovation dans un secteur. Cela montre également que certaines industries ont davantage la possibilité d’investir dans leurs capacités d’intelligence artificielle que les autres.

Des compétences généralisées à l’échelle mondiale

Les compétences en IA sont généralisées à l’échelle mondiale et les pays avec la plus forte pénétration des compétences en IA sont les États-Unis, la Chine, l’Inde, Israël et l’Allemagne.

D’ici 2025, plus de la moitié de toutes les tâches actuelles réalisées sur le lieu de travail seront effectuées par des machines, contre 29% aujourd’hui

C’est la donnée importante de cette étude : on estime que d’ici 2025, la quantité de travail effectuée par les machines passera de 29% à 50%, mais que ce changement rapide s’accompagnera de nouvelles demandes sur le marché du travail. Cela devrait donc engendrer davantage d’emplois que de disparitions. Le rapport précise bien que ce sont des prédictions avant tout et qu’elles ont pour but de fournir « des motifs d’optimisme et de prudence ».

« Si près de 50% des entreprises prévoient d’ici 2022 une diminution de leur effectif à temps plein du fait de l’automatisation, près de 40% anticipent au contraire une augmentation globale de leur effectif et plus d’un quart s’attend à ce que l’automatisation crée de nouveaux emplois ».

Il est donc peu probable que l’IA remplace les travailleurs humains, mais l’incertitude demeure quant aux types d’emplois pouvant être nouvellement créés, à leur caractère permanent ou non, et au type de formation dont ils pourraient s’apparenter. World Economic Forum déclare finalement qu’«à mesure que de nouvelles compétences émergent, les gouvernements, les établissements d’enseignement, et les employeurs devraient réfléchir à la manière dont ils peuvent développer le plus efficacement possible des programmes d’apprentissage qui dotent les personnes de compétences dont elles auront besoin pour suivre le rythme de l’économie moderne. »

 

Source : World Economic Forum




Laissez un commentaire



Mais aussi...