Logo SilkHhom

Femmes Freelance, où en sommes-nous ?

Posté le 6 Nov 2019 dans Management par

Être Freelance est une tendance de plus en plus importante sur le marché du travail. Les mutations et les nouvelles formes d’emploi creusent leur sillon qui grandit chaque année. Face à ces modifications structurelles, conjoncturelles et culturelles, nombreux sont ces anciens employés ou nouveaux entrepreneurs qui ont décidé de se lancer dans le monde Freelance. Ce nouvel eldorado parviendra-t-il à résorber les discriminations et à accorder aux femmes une réelle égalité salariale ?

Freelancing, une pratique de plus en plus populaire en France

Les évolutions du monde de l’entreprise sont réelles et arrivent petit à petit en occident. Les Etats-Unis s’y sont penchés depuis plus longtemps que nous et en résulte de véritablement changements des modes de travail. Les actifs désirent plus de flexibilité, souhaitent des structures plus horizontales, des changements de projets plus réguliers ou encore une organisation du temps plus libre.
Ainsi sont nés les profils Freelance sous des statuts juridiques allant de l’auto-entrepreneur à une société par actions simplifiées unipersonnelle (SASU) permettant de mettre en marche le mouvement et de profonds changements.

Être freelance, cela permet d’organiser son temps de la façon que l’on souhaite, cela permet de choisir ses missions en fonction de ses capacités et ses envies, d’horizontaliser son travail en supprimant la relation employeur-employé pour privilégier une relation de sous-traitance encadrée par un contrat.

La mouvance est réelle, les plus jeunes qui entrent sur le marché du travail et qui s’en retrouvent déçus ou frustrés ont vite fait d’élaborer leur propre micro-entreprise afin de s’épanouir dans leur milieu tout en offrant leurs compétences. C’est particulièrement le cas dans les nouvelles technologies où le travail dématérialisé est possible, que cela soit chez les développeurs, les designers ou encore les graphistes.

Cette popularité croissante peut s’expliquer par l’évolution du régime fiscal de l’auto-entrepreneur en France dont les plafonds autorisés ont doublé le 1er janvier 2018 mais également par l’apparition grandissante des espaces de coworking dans de nombreuses villes de l’hexagone. Ces nouvelles méthodes de travail couplées à la volonté d’un emploi du temps flexible offrent un terrain fertile à la poussée du freelancing.
Est-ce là un bon moyen pour les minorités d’équilibrer le monde du travail et de s’imposer face à sa rigidité ?

Les femmes et le Freelancing

En France, le taux de femmes Freelance est de 30 % dans le monde. Ce chiffre est à comparer au 47 % de femmes présentes sur le marché du travail. Cela s’explique par le fait que le secteur du digital est sur-représenté chez les Freelance. C’est un secteur pour le moment délaissé par les femmes où elles sont seulement 27 %. Donc, le statut de Freelance serait une opportunité pour les femmes de se développer dans le secteur du numérique.

En 2014, le salaire des femmes était encore inférieur de 19 % par rapport à celui des hommes. Le freelancing est un espoir pour rééquilibrer les forces afin d’abolir les différences salariales. Chez les Freelance, le taux journalier moyen des femmes est de 16 % inférieur à celui des hommes. Si la différence est en baisse, il reste encore du chemin à parcourir pour atteindre l’équilibre. Certaines catégories de métier échappent à cette tendance et, chez les motion designer et les réalisateurs, le taux journaliers moyens est légèrement supérieur chez les femmes.
Être Freelance, c’est avoir la possibilité de pratiquer les tarifs souhaités sans participer au sexisme ambiant qui règne sur le monde classique de l’emploi. Malgré un taux de formation sensiblement supérieur à celui des hommes, le taux journalier moyen reste encore inférieur.

Pratiquer le taux horaire qu’elles souhaitent, organiser leur emploi du temps comme elles veulent et avoir la flexibilité d’un travail à la maison semble séduire de plus en plus de femmes et être une alternative viable face au salariat plus classique. Le portage salarial qui permet de garder un statut de salarié tout en étant indépendant est un véritable plus qui permet d’être mieux pris au sérieux face aux banques ou aux assurances.

Il a également été prouvé que les femmes freelance sont plus performantes que les hommes. En effet, celles-ci ont tendance à mener de manière plus certaine les projets à terme. Elles ont 14 % de plus de chance que les hommes de terminer un projet pour lequel elles se sont engagées. C’est un chiffre extrêmement important étant donné que les missions Freelance sont généralement assez courtes, six mois tout au plus, et qu’il est important de rester crédible dans ses engagements.

Les femmes sont encore largement sous-représentées dans le milieu technique que cela soit chez les Freelances ou sur le marché du travail en général. Le taux de femmes dans les études techniques ou informatiques est encore loin de la parité mais tend vers une amélioration, comme le montre l’étude de Stack Overflow sur les développeurs. Cette disparité s’inverse dans les métiers de la communication, du marketing, du community management et de la rédaction où les femmes sont majoritaires. Ces disparités sont culturelles et se résorberont dans les années à venir suivant les évolutions du marché Freelance et des directives prises par le gouvernement au sujet de l’égalité salariale.

Retrouvez toutes nos offres en Freelance

Sources : baromètre freelance Malt, xxe et ITG
Photo : Edu Lauton, Unsplash

 




Laissez un commentaire



Mais aussi...