Logo SilkHhom

Les gestes écologiques à appliquer au boulot, pour une entreprise plus verte

Posté le 11 Sep 2019 dans QVT par

L’écologie a pris une place prépondérante dans nos vies et dans nos prises de conscience sur l’effondrement du monde actuel. Si chacun avance à son rythme dans sa vie personnelle, quand est-il du monde professionnel ? Pouvons-nous réellement apporter notre engagement au bureau et réussir à sensibiliser collègues et hiérarchie ? Voici quelques gestes à garder en tête pour tenter de réduire sa consommation énergétique tout en continuant son job et, surtout, sans impacter les résultats de l’entreprise. Quelques conseils faciles à mettre en place pour une entreprise verte…

Chassez la veille

Nos outils électroniques consomment, c’est indéniable, mais ils consomment d’autant plus lorsque nous ne sommes pas présents si celui-ci est laissé en veille. Dès que vous vous absentez plus de trente minutes de votre poste, il est plus économique et écologique d’éteindre sa machine plutôt que de la laisser en veille. Tout comme il est plus écologique de régler la veille de son ordinateur à une poignée de minutes plutôt que « jamais ». Vérifiez également l’extinction de vos autres outils informatiques comme les imprimantes qui ont tendance à être oubliées.

Préférez l’ordinateur portable

… à l’ordinateur fixe, plus économique dans sa consommation même si l’un et l’autre se valent sur le coût de construction. Des écrans moins gourmands et des performances ajustées qui en font un outil plus écologique que l’ordinateur fixe. Il faut tout de même en prendre grand soin pour éviter d’avoir à en changer plus régulièrement qu’un ordinateur fixe. L’obsolescence programmée des ordinateurs portables peut être observée, nuançant ainsi la préférence pour ces machines portables.

Triez vos mails

Les mails sont stockés sur d’immenses serveurs qui nécessitent un refroidissement permanent et consomment beaucoup d’énergie à conserver vos données dont vous n’avez parfois pas l’utilité. Faites du tri, supprimez ce dont vous n’avez plus besoin et gardez uniquement le plus important. Vérifiez aussi que tous les destinataires de vos mails sont utiles, réduisez au maximum ces interactions numériques surtout lorsque vous pouvez vous déplacer jusqu’à leur bureau ! Ou alors, utilisez un service de messagerie instantanée qui est bien plus écologique que les mails par centaines.

Dans la même lignée, désabonnez-vous des newsletters que vous ne lisez pas, CleanFox est un outil très pratique qui vous permet d’automatiser ses désabonnements et éviter l’envoi massif de mails inutiles.

Responsabilisez vos recherches

Il est plus écologique d’enregistrer en favori les sites que vous consultez régulièrement ou d’en connaître l’adresse exacte afin d’éviter les recherches inutiles qui encombrent les serveurs des détenteurs. Google et ses compères moteurs de recherche disposent d’énormes capacités de calcul qui se mettent en branle à la moindre recherche effectuée, pourquoi alors ne pas les économiser en passant directement par des chemins plus rapides et plus verts ?

Veillez au thermostat

Le fameux débat qui revient toujours à chaque changement de saison : quelle température maintenir dans le bureau ? Un débat qui ne trouvera probablement pas de fin étant donné les besoins de chacun. Néanmoins, baisser le chauffage de quelques degrés et mettre un pull ou augmenter la température de la clim pour ne pas dépasser les huit degrés avec l’extérieur ne peut qu’avoir des impacts positifs sur la consommation énergétique de l’entreprise. Le plus important reste de communiquer avec vos collègues car mettre la climatisation à 21°c et ouvrir les fenêtres en même temps favorise les déperditions d’énergie et ne contente personne.

L’astuce de fermer les volets lorsque personne n’est présent au bureau permet de conserver la fraîcheur ou la chaleur et limite ainsi les déperditions d’énergie. Si vous êtes le dernier à quitter le bureau, prenez la responsabilité d’y veiller.

Laissez-vous transporter, mais pas trop

Le secteur du transport et le secteur le plus polluant en France à l’heure actuelle. Laisser sa voiture au garage et privilégier des méthodes douces pour se rendre sur votre lieu de travail est une excellente manière de réduire son bilan carbone. N’hésitez pas à parler covoiturage avec vos collègues et à instaurer de nouvelles méthodes de transports comme a pu le faire Ankama l’année dernière.

Malgré les prix parfois très attractifs des vols intérieur en France, ils sont la source d’un gouffre écologique de plus en plus important, essayez au mieux de limiter vos déplacements professionnels et de choisir des méthodes de déplacement plus écologiques.
Dans cette logique, ne pas se déplacer du tout reste le moyen le plus sûr de baisser sa consommation : proposer des visio-conférence avec ses associés lointains et télé-travailler sont d’excellents moyens de réduire sa consommation d’énergie.

Sélectionnez vos fournisseurs

Si l’écologie peut entrer dans votre ligne de compte au sujet de vos fournisseurs, comparez et parlez-en avec eux. Leurs méthodes de transports, de fabrication et l’ensemble de leur parcours de travail sont à prendre en compte. Cela permet de renforcer votre engagement auprès de vos clients et d’assurer l’éthique de votre entreprise autour de vous.

En parler autour de soi

Et si ces petites astuces transcendaient le cadre de votre travail pour s’étendre à l’ensemble de vos connaissances ? Rien de plus simple, il suffit d’en parler et d’aborder le sujet autour de vous, c’est en avançant chacun un petit peu que nous pourrons collectivement faire un grand pas.

Il n’est jamais facile d’instaurer des gestes simples d’économies d’énergie sur son lieu de travail, entre ceux qui ne se sentent pas concernés, ceux qui veulent faire des efforts mais se retrouvent bloqués par les premiers, ceux qui cherchent la facilité et la rapidité, rien de plus compliqué que de faire entendre votre voix pour tenter d’améliorer les choses. Pourtant, la question des entreprises dans le changement climatique est cruciale, c’est en responsabilisant les entreprises que nous pourrons toucher les foyers et participer à des changements d’habitudes globales.

 




Laissez un commentaire



Mais aussi...