Logo SilkHhom

15 défauts professionnels à admettre sereinement en entretien d’embauche

Posté le 14 Nov 2018 dans Recrutement par

Après avoir abordé les qualités professionnelles (ou savoir-être) à valoriser en entretien dans un précèdent article, Silkhom revient aujourd’hui vous parler des défauts professionnels. Comme déjà mentionné auparavant, le feeling est un facteur décisionnel très important lors d’un entretien d’embauche, au même titre que les compétences recherchées par le recruteur. C’est pourquoi vos aptitudes relationnelles et votre manière d’agir au sein d’un environnement professionnel vont directement intéresser le recruteur. Ce dernier peut être amené à vous poser la fameuse question des qualités et des défauts, bien que cette tendance soit de moins en moins présente dans les startup et autres entreprises libérées (entre autres). Beaucoup jugent cette question non pertinente, mais elle reste pourtant classique dans certains processus de recrutement (on vous explique pourquoi en fin d’article). Dans le doute, Silkhom vous donne donc 15 défauts professionnels que vous pouvez admettre sereinement lors de votre entretien d’embauche.

1) Obstination

Dire que vous êtes parfois obstinés peut être une bonne chose ! Avec un exemple concret, cela peut avoir un très bon impact aux yeux du recruteur. Si dans votre travail vous faites face à un problème, vous n’allez donc certainement pas baisser les bras et vous allez vous battre jusqu’au bout pour réussir votre projet au mieux.

2) Timide / réservé

Être timide peut être également un bon défaut. En expliquant qu’il vous faut du temps pour vous livrer, vous pouvez gagner une certaine compréhension aux yeux du recruteur. Si vous êtes quelqu’un de calme, qui aime travailleur seul dans le but d’être plus productif, le recruteur peut le comprendre. La réserve que vous pouvez avoir dans votre attitude peut être quelque chose de très positif dans certaines activités.

3) Émotif

Attention, il ne s’agit pas de dire que vous pleurez tout le temps pour un rien, ou que vous vous effondrez à la première critique. Cependant, vous pouvez ici expliquer que vos émotions sont source de motivation au quotidien et que si un projet vous tient à coeur, vous allez vous investir à 100%. De plus, les gens émotifs n’ayant pas peur de la gestion de leurs émotions, sont souvent des personnes créatives et forces de proposition.

4) Bavard

En étant bavard, vous pouvez judicieusement sous-entendre que vous êtes quelqu’un de très sociable et que vous aurez donc une bonne capacité d’intégration. Le bavard est souvent amené à solliciter facilement l’avis des autres, et il peut trouver des solutions rapides à certains problèmes. Attention toutefois, pensez bien à coupler cet adjectif avec une bonne capacité d’écoute (sinon c’est un peu égoïste d’être seulement bavard), ou encore que vous savez faire la part des choses entre le temps de pause et le temps de travail.

5) Impatient

Une personne impatiente peut être quelqu’un qui apporte des solutions rapides à un problème. Si vous êtes impatient de voir les résultats d’un travail, c’est que ce travail vous motive et que vous êtes pleinement investi dans ce projet. Préciser donc bien qu’il s’agit d’impatience sous fond de motivation vis-à-vis des résultats attendus, sinon le recruteur pourra penser que vous êtes impatient de terminer l’entretien en cours…

6) Lent

Aux premiers abords, on se dit que c’est vraiment moyen comme défaut pour trouver un travail digne de son nom. Mais finalement, en argumentant comme il se doit, être lent c’est être méticuleux, d’une certaine façon. En allant dans ce sens, vous montrez au recruteur que vous voulez éviter toutes les erreurs possibles et rendre un travail qualitatif.

7) Autoritaire / aime tout contrôler

Être autoritaire laisse penser que vous serez dans l’incapacité de travailler en équipe. Pourtant, vous pouvez dévier ce point de vue par le fait que vous êtes un leader et un preneur de décision avant tout. Vous aimez quand le travail est bien fait et vous y veillez tout particulièrement. Vous contrôlez vos émotions, et cela ne vous empêche pas de déléguer. Dans ce sens, ce défaut devrait bien passer aux yeux du recruteur.

8) Méfiant

Ici, il ne s’agit pas de montrer que vous êtes méfiant et réfractaire à tout ce que vous ne connaissez pas. Il s’agit plutôt de souligner que vous préférez vous faire votre propre opinion, que de plutôt suivre des idées toutes faites.

9) Anxieux / nerveux

Il est question ici de montrer que vous êtes parfois stressés lors de présentation ou de prise de parole en public. Mais il faut nuancer ce propos avec un aspect réfléchi du problème. Autrement dit, il convient de montrer que vous êtes anxieux, mais que vous prenez pour habitude de préparer votre discours à l’avance afin de ne pas perdre votre sang-froid.

10) Gourmand / Bon vivant

 

Sur ce défaut, on joue clairement la carte de l’humour et c’est parfois payant. On sort un peu du monde du recrutement classique et on utilise une réponse décalée pour faire sourire le recruteur. Parler de sa gourmandise peut être un moyen subtil de montrer son intérêt pour les projets nouveaux par exemple. Il peut montrer aussi que vous aimez croquer la vie à pleine dent et que vous êtes donc très ouvert aux nouveautés et changements. À utiliser avec précaution quand même.

11) Impulsif

Ici vous reconnaissez que vous pouvez prendre des décisions à la hâte, mais il s’agit de nuancer vos propos avec le fait que vous savez également relativiser et rationaliser les situations. En illustrant avec un problème rencontré auparavant et une “happy end”, cela devrait bien se passer aux yeux du recruteur.

12) Ambitieux

Être ambitieux est souvent perçu comme un défaut. On a jamais vraiment compris pourquoi… Ce qui en fait un faux défaut plutôt subtil. Être ambitieux c’est avoir confiance en soi, mais c’est aussi donner le maximum de soi sur le long terme pour parvenir à ses objectifs. Attention toutefois à ne pas verser dans le “j’écrase tout sur mon chemin pour parvenir à mes objectifs”. Ça, c’est moyen…

13) Influençable

Dire que vous pouvez être influencés par des personnalités fortes au sein d’un groupe de travail peut être une bonne chose. Une bonne chose si vous ajoutez que cela vous permet de prendre exemple sur ce qui marche et que cela vous pousse à donner le meilleur de vous-même. Tout ça dans le but de devenir un jour, vous aussi, une personnalité forte du groupe.

14) Susceptible

 

Expliquez ici que les remarques peuvent vous blesser, mais que vous acceptez tout à fait les remarques constructives. Cela permet de vous améliorer et vous comprenez dans ce sens.

15) Manque de confiance

Cela dépend bien sûr du poste visé, mais avoir un manque de confiance en soi n’est pas forcément quelque chose de mauvais. Le fait de manquer de confiance peut justement montrer que vous effectuez un travail très réfléchi, car vous ne voulez pas déplaire et désirer plutôt vous surpasser pour vous prouver que vous en êtes capable.

 

Vous l’aurez compris, il faut mieux éviter les affirmations classiques tel que “Je suis trop perfectionniste”, bien trop souvent utilisé. Cependant, si vous illustrez vos propos par des exemples concrets, que vous montrez que vous êtes conscients de ces défauts et que vous travaillez précisément sur la façon de les combler, alors n’importe quel défaut peut être entendu (dans l’idée où ils sont en adéquation avec le poste visé bien entendu).

Pourquoi la question des qualités/défauts reste encore pertinente en 2018 ?

La question des qualités et des défauts ne fait pas toujours l’unanimité lors des processus de recrutements. Beaucoup de recruteurs jugent cette question dénuée d’intérêt pour la bonne et simple raison qu’on ne peut évaluer la personnalité d’une personne sur la base de quelques adjectifs sortis à la volée lors d’un entretien. Certains pensent également que le candidat n’est pas forcément le mieux placé pour se décrire lui-même à travers ses limites et ses forces : ça serait plutôt l’affaire de ses anciens collaborateurs et responsables de témoigner d’un point de vue extérieur plus objectif.

Toutefois, l’intérêt de la question des qualités et défauts est toute autre. Il s’agit en fait de discerner comment le candidat va réagir à cette question, souvent mal préparée. Cela peut être en effet une tentative de “déstabilisation” pour voir comment le candidat va réagir et se qualifier lui-même. Mais c’est précisément la manière dont le candidat répond qui importe ici. Le mieux est alors de donner des adjectifs qui soient en adéquation avec le poste attendu, et de les illustrer avec des exemples concrets. Dire que vous avez une très bonne capacité d’adaptation, sans en apporter la preuve anecdotique, ne sert à rien. Il faut donc tourner un maximum vos défauts vers quelque chose de positif, sans pour autant déverser dans la réponse “bateau”.

Finalement, cette question reste pertinente, car elle diffère quelque peu des autres questions et reste un moyen subtil de mieux connaître le candidat. Cela permet de visualiser la sincérité du candidat dans sa façon de répondre. Alors oui bien sûr c’est le rôle du recruteur lui-même de cerner la personnalité du candidat sans avoir à lui demander directement un jugement sur ces qualités et ses défauts, mais lui poser tout de même la question permet de s’assurer que le candidat est objectif sur lui-même et qu’il va savoir reconnaître ses limites pour mieux les surmonter.

Candidats, n’ayez donc plus peur de cette fameuse question. Les recruteurs ne cherchent pas la neutralité dans votre réponse. C’est pour vous l’opportunité de montrer que vous vous connaissez bien, que vous avez un regard objectif sur vous-même, et que vous êtes en adéquation avec le poste. Cette question se prépare en amont avant l’entretien. Tout n’est qu’argumentation et prise de recul sur soi-même.

Consulter notre article sur les qualités professionnelles

Vous avez un défaut à nous soumettre ? Une anecdote de recrutement à partager ? Votre avis nous intéresse ! Laissez-nous un commentaire ci-dessous.




Laissez un commentaire



Mais aussi...