Logo SilkHhom

L’informatique, moteur de l’emploi cadre en 2020

Posté le 19 Mar 2020 dans Recrutement par

Les recrutements de cadres sont au plus haut. C’est en tout cas ce que révèle la dernière étude de l’Apec sur les prévisions de l’emploi-cadre en 2020. Au coeur de l’étude : une dynamique forte de création d’emplois soutenue par des activités informatiques toujours plus représentatives de l’embauche globale en France. Petit récapitulatif des chiffres clés dans cet article.

Les cadres informaticiens sont les plus prisés par les entreprises en 2020

emploi-cadre-secteurs

La dynamique est très bonne puisque ce serait 66 700 recrutements de cadres informaticiens qui seraient prévus tout au long de l’année 2020. Ce chiffre représenterait même 23% de l’ensemble des embauches de cadres tous domaines confondus.

Une proportion en hausse de 3 points par rapport à 2019. Ces professionnels des métiers informatiques sont toujours recherchés par des éditeurs de logiciels, des services numériques, et des entreprises de conseils en technologies.

Cependant, on observe également un essor de recrutement de profils techniques sur des domaines nouveaux tels que les activités juridiques, les activités comptables ou encore les activités de conseil et les banques-assurances. Avec la montée des banques en ligne, l’essor de la FinTech, les recrutements de cadres informaticiens ne concernent plus seulement l’informatique à proprement parler, mais bien un large éventail de domaines d’activité.  Les entreprises de la cybersécurité, du big data, et de la transformation numérique au sens large, sont de véritables moteurs à l’emploi-cadre.

La fonction R&D en plein développement

Selon l’Apec, les cadres en études R&D concentrent 16% des embauches globales en 2020 soit 48 400 recrutements (en croissance de 9% par rapport à 2019). Ces professionnels sont sollicités massivement par les acteurs d’ingénierie-R&D (57% des embauches prévues dans ce secteur), mais également par les entreprises de l’industrie automobile, aéronautique et autres matériels de transports (45%), ainsi que les équipements électriques et électroniques (32%).

En ce qui concerne les cadres commerciaux, ils représenteraient 51 100 recrutements en 2020, en croissance de 7% par rapport à l’année précédente. Ces professionnels ont bien entendu des fonctions transverses à tous les secteurs d’activités, ce qui peut expliquer cette croissance soutenue d’année en année.

Ils seraient surtout sollicités dans le commerce (78% des embauches dans ce secteur), en communication-médias (36%) dans l’agroalimentaire et l’industrie des meubles, textiles et autres industries manufacturières (respectivement 30 et 29%).

Cependant, l’Apec remarque que les recrutements de cadres en production industrielle et chantier seraient à la baisse en 2020. Ce secteur a enregistré une hausse de 10% en 2019 et pourtant il aurait tendance à reculer en 2020 au même titre que les embauches dans les services techniques (achat, qualité, maintenance, logisitique, sécurité).

 

2019, un bilan satisfaisant pour l’emploi des cadres en France

emploi-cadre-bilanEn 2019, le rythme des créations d’emplois-cadres s’est poursuivi. Le volume de recrutements de cadres est toujours plus important. Les entreprises du secteur privé ont recruté environ 281 000 cades en 2019 dans l’Hexagone, en croissance de 6% par rapport à l’année précédente.

Cette augmentation est une première et preuve que l’emploi cadre se porte très bien. En cause : de bonnes performances des services en particulier sur les activités informatiques, l’ingénierie R&D, ainsi que les activités juridiques, comptables et conseil.

Ces trois secteurs représentent plus de 4 recrutements de cadres sur 10 réalisés en 2019. Les entreprises ont donc maintenu leurs efforts en matière d’investissement puisqu’ils représentent une hausse de 4,2% en 2019. A contrario, le ralentissement du commerce mondial influent beaucoup sur certains secteurs industriels (agroalimentaire, électronique, caoutchouc-plastique…). De ce fait, l’année 2019 a été moins fructueuse pour ces secteurs.

Malgré l’érosion de la croissance économique observée en 2019, les entreprises n’ont pas freiné la création des emplois de cadres. Elles ont même créé 74 800 postes de cadres, en croissance de 2% par rapport à l’année 2018. Sur les deux dernières années, ce sont près de 150 000 nouveaux postes qui ont vu le jour. Ceci témoigne des importants besoins des acteurs économiques en matière d’expertise et de compétences à forte valeur ajoutée.

Les prévisions pour l’année 2020

emploi-cadreLe volume de recrutements de cadres est bien orienté pour l’année 2020. Malgré la croissance très modeste de l’économie française, les entreprises devraient maintenir leur propension à investir afin de poursuivre l’intégration de la transformation numérique selon l’Apec. Ainsi, les entreprises du secteur privé envisagent de recruter 296 000 cadres en 2020, se rapprochant ainsi du seuil des 300 000 recrutements. Une progression similiaire à celle de 2019, soit une croissance de 5%.

Une dynamique qui concernent toutes les régions

Les recrutements de cadres devraient augmenter dans presque toutes les régions. Seuls la Bourgogne-Franche-Comté et le Grand-Est envisagent une stabilisation de leurs embauches selon l’Apec. Cependant, la dynamique reste inégalement répartie sur le territoire national.

Certaines régions apparaissent comme plus porteuses pour l’emploi-cadre. Ainsi, les régions Île-de-France et l’Occitanie (+7 %), suivies par la Nouvelle-Aquitaine et Auvergne-Rhône-Alpes (+6 %), devraient connaître les hausses de recrutements de cadres les plus significatives.

L’Île-de-France prévoit 142 820 recrutements de cadres en 2020, soit près de 50 % des recrutements dans l’Hexagone. Cette dynamique se caractérise par une spécialisation forte dans le tertiaire supérieur ce qui permet au territoire d’être véritablement le plus porteur et incontournable pour l’emploi-cadre. La région Auvergne-Rhône-Alpes arrive en deuxième position avec 32 190 embauches prévues pour 2020.

Une bonne activité de recrutement que l’on peut justifier par l’impulsion de l’ingénierie R&D, les activités juridiques, comptables et de conseil, la chimie-industrie pharmaceutique ou encore la mécanique-métallurgie. Les Hauts-de-France resteraient la troisième région la plus importante emmenée par le dynamisme de la métropole lilloise.

Source : Prévisions Apec 2020 (février 2020)

 

Consulter nos offres d’emploi dans de multiples domaines informatiques




Laissez un commentaire



Mais aussi...