Menu

13Juin 2017

756

0

Focus métier : le Développeur Mobile

dev-mobile-visuelf

Il est indéniable que la place du mobile et du smartphone occupe un rôle de plus en plus important au sein de nos sociétés. Avec l’apparition et la démocratisation de ces terminaux mobiles, on assiste dans les années 1990 à l’apparition des premières applications mobiles et de ce fait, d’un nouveau profil d’expert en informatique : le développeur d’applications mobiles.

Les missions du Développeur Mobile

photo0

Comme son nom l’indique, il est en charge de la réalisation technique et du développement des applications à destination des smartphones et autres tablettes. En évolution permanente, ce domaine peut concerner la création d’une application de toutes pièces, de l’adaptation d’un site web, ou encore de l’optimisation d’une application déjà existante. Il convient aussi pour le développeur mobile de rendre les applications attractives visuellement. Ce professionnel du smartphone possède donc de multiples missions : analyser le cahier des charges (le plus souvent fourni par le chef de projet web mobile avec qui il collabore), choisir une solution technique répondant aux besoins du client et bien sûr, réaliser l’application en question. Il va même jusqu’à réaliser des tests pour vérifier le bon fonctionnement de l’application et sa conformité avec le cahier des charges.

Que son choix se porte sur Android, IOS ou Windows, il reste primordial pour ce professionnel de connaître sur le bout des doigts les enjeux du mobile. Une parfaite maîtrise des normes (W3C, HTML5 ou encore CSS pour ne citer que les principales), mais aussi des interdits (JavaScript, Flash…) en mobile sont donc indispensables.

Le marché du développement mobile : un marché encore jeune et en croissance continue

phototitre-1

Les entreprises reconnaissent aujourd’hui clairement l’importance du mobile et du développement d’applications. D’ici 2018, on estime que le secteur européen des applications mobiles représentera 63 milliards d’euros et pourrait générer près de 5 millions d’emplois selon un rapport de l’UE. Les revenus vont être multipliés par 3,6 et les emplois par 2,7 en seulement 4 ans.

Les jeux dominent le classement des applications mobiles les plus développés puisqu’ils sont à la fois les plus utilisés mais aussi les plus rentables. En 2015, 41% de toutes les applications réalisées, sont des jeux, contre 32% pour le divertissement alors que les applications d’entreprises représentent 8% du total. Cette dernière catégorie tend cependant à évoluer à la hausse puisque l’omniprésence du digital au sein de nos sociétés oblige (d’une certaine manière) les entreprises à développer leur propre application, dans un souci de compétitivité toujours plus accrue.  

On constate ensuite que le marché est dominé par Android et iOS qui totalisent à eux deux près de 84% du marché des systèmes d’exploitation pour smartphones (au 1er janvier 2015). Cependant, Android est à ce jour le roi des systèmes d’exploitation et dépasse nettement les autres concurrents même si dans certains pays comme les Etats-Unis ou la Suisse, Android et iOS sont sensiblement à égalité. De ce fait, 42% des développeurs d’applications ont soumis entre une et trois applications Android sur Google Play alors que seulement 28% d’entre eux ont soumis entre une et trois applications iOS sur Apple Store. Cette tendance s’explique par le fait que la plupart des professionnels choisissent le développement Android comme leur première spécialisation puisque c’est une excellente plateforme d’apprentissage en open source et il y a beaucoup de documentation à ce sujet.

Evolution du profil du développeur mobile

photo2

En moyenne, le développeur d’applications est un homme de 33 ans avec plus ou moins cinq ans d’expérience. Jusqu’à présent ce métier est occupé en majorité par des hommes, même si toutefois la place des femmes tend à évoluer dans ce domaine, avant tout composé d’individus curieux et passionnés, en permanence défiés par l’évolution des technologies.

Même si les développeurs mobiles semblent être en effectif croissant (10 000 personnes de plus par an en France), ils sont encore néanmoins considérés comme une ressource rare, d’où une demande sur le marché très importante, sans cesse stimulée par de nouveaux besoins (l’arrivée des objets connectés en est la preuve).

Le plus souvent, ce sont d’anciens professionnels du web qui saisissent l’opportunité de se spécialiser dans le développement mobile car ils y apprécient l’évolution permanente de la mobilité. Ils peuvent également prétendre à un poste de chef de projet web après quelques années d’expérience.

En ce qui concerne la rémunération du développeur mobile, elle est difficile à chiffrer car elle dépend de nombreux facteurs. En général, ils disposent d’un niveau de salaire quelque peu supérieur à la moyenne des informaticiens du même âge.

Un quart des développeurs touche plus de 48 000 euros (salaire fixe brut annuel) et 75% des salaires sont supérieurs à 38 000 euros. Dans certains cas, des primes sont également attribuées aux développeurs mobiles : 2 000 euros en moyenne.

La grande majorité d’entre eux travaillent en tant que développeurs freelances, surtout ceux qui ont développé de l’expérience et qui sont très polyvalents dans le domaine. Du coté des grandes entreprises, les statistiques montrent que le salaire moyen du développeur augmente avec la taille de l’entreprise.

Les profils des développeurs d’applications mobiles restent relativement divers et l’évolution de ces profils sont complexes à définir de manière générale. La difficulté de dénicher ces experts du smartphone est quant à elle beaucoup plus nette et visible : dans l’année presque une offre sur deux reste non pourvue dans ces métiers.

Mais alors que faire pour attirer le développeur mobile dans un contexte de sur-demande par les entreprises ?

photo4

Selon Gilles Feingold, président de l’Association Française pour la promotion du Développement Mobile (AFPDM) : « Les développeurs mobiles sont d’autant plus difficiles à recruter que ce sont eux qui choisissent les projets sur lesquels ils aimeraient travailler ».

Les développeurs mobiles ont tendance à privilégier le challenge technique, le profil de l’équipe ou encore le côté stimulant du projet. D’où la nécessité pour les entreprises de bien communiquer sur leurs besoins en mettant en lumière les forces et intérêts de leurs projets afin d’y attirer les meilleurs professionnels du domaine mobile. Dans ce contexte de sur-demande de développeurs, miser gros sur l’attractivité de l’offre semble être déjà un bon début.

Sources : Flurry Insights, Janvier 2015 – Etude Cadres Apec 2016 – CP UE, Février 2014 – Harris Interactive, Mars 2014

Intéressé par le métier ? Silkhom peut vous proposer diverses opportunités en cliquant sur ce lien

Commentaires (0)

Top UA-103837192-1